Pour mieux braver le froid

michel_vaillancourtLa plupart des gens croient que s’ils préparent leur voiture pour l’hiver dès l’automne,  avant qu’il fasse vraiment froid, ils passeront l’hiver sans anicroche.  Généralement, ils ont raison.  D’autres croient que s’ils n’ont pas encore eu de problème, il en ira de même tout l’hiver.

Le démarrage est difficile?

Un moteur froid est un peu raide et il est difficile d’amener les pistons à se déplacer, de faire circuler l’essence et de démarrer. Il faut donc que la batterie fournisse plus de puissance.  Par temps froid, votre batterie ne produit qu’environ 40 % de la puissance générée lorsqu’il fait doux. Soyez prévoyant et utilisez un chauffe-bloc. Si vous le combinez à une minuterie qui allume le chauffe-bloc deux heures avant le démarrage, il sera plus facile de partir.

Un démarrage moins froid peut aussi vous aider à économiser.

Examinez les bornes de la batterie. Si vous y voyez une poudre blanchâtre, c’est de la corrosion.  Elle peut isoler les bornes et empêcher la batterie de donner à votre moteur la première impulsion d’énergie qu’il lui faut pour partir le matin. Si votre batterie commence à vieillir, vous  n’aurez peut-être pas une seconde chance.

Il faut parfois 40 000 volts pour faire jaillir l’étincelle dans vos cylindres. Si les fils d’allumage sont usés ou craqués, il pourrait y avoir perte d’électricité et vous pourriez éprouver de la difficulté à démarrer – surtout par temps humide.

Un autre conseil : gardez votre réservoir au moins à demi-plein. Vous limitez ainsi la condensation dans le réservoir… et le gel dans les canalisations d’essence. Ajoutez-y un peu d’antigel de canalisation d’essence à tous les deux remplissages d’essence pour plus de sûreté.

Il ne faut surtout pas négliger le système de refroidissement. Portez attention à la concentration et à la quantité de liquide de refroidissement. Dans la plupart des régions au Canada, un mélange moitié-moitié de liquide et d’eau empêche le liquide de geler, lubrifie la pompe à eau et prévient la corrosion du système de refroidissement.

Mais si vous êtes comme la plupart des Canadiens, le chauffage vous préoccupe plus que le refroidissement par les temps qui courent. La seule chaleur qui circule, c’est celle du moteur.  C’est pourquoi le système projette de l’air froid au démarrage (avant que le moteur se réchauffe).  Si le niveau du liquide de refroidissement est bas, votre chaufferette en souffre en premier lieu. Vérifiez donc souvent le niveau du liquide et ajoutez-en au besoin.

Vous pourriez aussi entendre une sorte de sifflement (plus bruyant même que le claquement de vos dents) dans le ventilateur de la chaufferette. Cela pourrait indiquer un coussinet usé dans le moteur du ventilateur, qui figera probablement au pire moment.

Articles sur l’entretien

Si beaucoup d’humidité s’accumule dans le pare-brise et que le dégivreur n’en vient pas à bout, il se pourrait que le faisceau de chaufferette soit défectueux. Le faisceau est un radiateur miniature qui transfère la chaleur du moteur à l’habitacle. N’attendez pas, faites-le réparer. Vous pourrez alors voir où vous allez. Il est déjà assez difficile de dégivrer les glaces par temps sibérien.

Lors de vos déplacements, il est prudent de transporter une trousse d’urgence. Au contenu habituel de cette trousse, ajoutez ce qui suit pour l’hiver :

  • un bon grattoir et une bonne brosse à neige
  • des allumettes et des bougies
  • un ouvre-boîte
  • des dispositifs de traction
  • un carré de tissu rouge (signal de détresse)
  • des couvertures, chapeaux et mitaines
  • des rations de fruits / noix / survie
  • une tasse en métal
  • une petite pelle
  • des câbles de démarrage