Aux conductrices : rendez-vous à l’atelier de réparation

marie_eve_gagnonPlus de 80 pour cent des femmes affirment être responsables de l’entretien et de la réparation du véhicule familial. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à prendre rendez-vous à l’atelier de réparation si quelque chose grince, claque ou chauffe sous le capot.

Mais si vous voulez éviter de vous échauffer les esprits à l’accueil que vous y recevez, il est utile de prendre d’abord connaissance de quelques conseils.

Le manque de connaissances en automobile pose problème pour les femmes depuis qu’elles ont pris le volant il y a un siècle. Pourtant, en réalité, la plupart des hommes en savent bien peu sur le fonctionnement des automobiles. Comme ils connaissent mieux les éléments de base, toutefois, ils peuvent sembler plus au courant. Mais surtout, ils peuvent ainsi mieux se faire comprendre lorsqu’ils se rendent à l’atelier. Comme beaucoup d’aspects de la vie moderne, c’est une question de communication. Une étude américaine indique que cinq pour cent de tous les accidents sont attribuables à un mauvais entretien. Par conséquent, communiquer le bon message au conseiller technique pourrait même sauver votre vie ou celle d’un être cher.

Respecter le calendrier d’entretien figurant dans votre manuel du propriétaire contribue à éviter les problèmes, mais s’ils surviennent, une description précise de ce que fait – ou ne fait pas – votre véhicule est essentielle à un diagnostic rapide par le technicien d’entretien. Tout comme dans les enquêtes sur les crimes que l’on voit à la télévision, il faut des indices pour avoir des pistes et trouver le coupable mécanique.

Heureusement, votre véhicule fournit généralement ces indices, si vous savez regarder, écouter, ressentir, voire même renifler.

Souvent, le premier signe d’un problème est une sensation physique : le moteur continue de tourner lorsque le contact est fermé; la voiture hésite ou le moteur cale lorsque vous appuyez sur l’accélérateur; le moteur a des ratés, des pulsations souvent accompagnées de pétarades; le moteur cesse de tourner quelques instants à des intervalles irréguliers; le véhicule manque de puissance, accélère lentement; le ralenti est inégal; le véhicule accélère soudainement sans raison.

Les sons inhabituels indiquent aussi des problèmes mécaniques imminents : les crissements, grincements et sons de friction métallique peuvent indiquer un problème de frein; un bruit métallique quand vous passez sur une bosse peut signifier un amortisseur ou des jambes de force usés ou la défectuosité d’un autre composant de suspension; un cognement ou un cliquetis sourd dont la fréquence augmente avec la vitesse du moteur ou lorsque la charge est lourde indique souvent des problèmes internes; des balais d’essuie-glace qui couinent ou qui vibrent doivent être remplacés; les gémissements provenant d’une roue lors de virages peuvent indiquer un roulement de roue défectueux;un hurlement strident sous le capot peut signaler une courroie de ventilateur lâche ou usée, ou encore une défaillance de la pompe de servodirection; un sifflement peut manifester un mauvais joint de porte; un problème d’échappement peut produire un léger chuintement ou un bruit d’enfer.

Les indices visuels se trouvent souvent à la surface de votre place de stationnement habituelle : une grosse flaque d’huile à moteur noire n’est évidemment pas un bon signe; non plus que les flaques de liquide de refroidissement jaune, vert, orange ou rose; une petite nappe de liquide huileuxrose, rouge ou translucide peut provenir du système de transmission ou de servodirection; un liquide translucide peut aussi provenir des freins; l’été, si un liquide clair s’égoutte près de l’avant du véhicule, c’est peut-être seulement de l’eau du condenseur de climatisation. Pour confirmer qu’un liquide provient de votre voiture, glissez un carton sous l’endroit d’où il semble s’égoutter de votre véhicule.

L’indice visuel le plus facile à voir est, bien entendu, un témoin lumineux du tableau de bord. Si sa signification n’est pas évidente, consultez votre manuel.

L’odorat constitue un bon détecteur d’indices : une odeur chaude et douceâtre peut être le premier signe d’un problème du système de refroidissement; une flaque translucide qui sent fort peut être du liquide de frein; une odeur lourde et plutôt dégoûtante de brûlé, souvent accompagnée de fumée bleue s’échappant par le capot ou le tuyau d’échappement peut provenir d’huile à moteur qui se consume; une transmission défectueuse peut produire de la fumée; une odeur âcre de toast brûlée (parfois avec de la fumée) peut indiquer des fils brûlés; une senteur sulfureuse d’oeufs pourris provientgénéralement du système antipollution et peut indiquer, ou non, un problème.

Tout changement devrait aussi vous alerter : une hausse de la consommation de carburant ou d’huile; des différences dans la conduite, la tenue de route ou les arrêts; les ratés par  temps froid ou mouillé.

Le technicien a besoin de savoir quels sont les symptômes, d’où provient le problème, quand il se produit et à quelle fréquence.

Est-ce que cela vient de l’extérieur ou de l’intérieur? De l’avant ou de l’arrière? À droite ou à gauche? Lorsque le moteur est froid ou chaud? Lors de l’accélération ou du freinage? Pendant les virages? Quand vous utilisez la chaufferette, le climatiseur, le démarreur, les essuie-glace ou d’autres accessoires électriques? Le problème est-il constant ou irrégulier?

Idéalement, vous devriez décrire ce qui se produit du mieux que vous le pouvez directement au technicien qui fera le travail, mais ce n’est pas toujours possible. Souvent, vous indiquerez le problème au conseiller technique, qui le communiquera au technicien.